La Plume d'Anchentria

Forum perso
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de personnage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1486
Date d'inscription : 08/06/2013

MessageSujet: Fiche de personnage   Sam 20 Mai - 17:30



 


 
Une reine effrontée et perverse
Nom : SERVUS
Prénom : Allyah « Kementari »
Âge : 26 ans
Groupe : Prêtresses
Métier : Parce que vous pensez peut-être que diriger mon peuple ne suffit pas à m’occuper !

 À la tête de la faction des Prêtresses

Célébrité : Emilia Clarke

 

 

 Physique


Un visage d’ange, une apparence frêle et une longue chevelure blonde presque blanche : voilà la première image que je renvoie lorsque l’on fait ma connaissance. Une adorable poupée en porcelaine avec laquelle bon nombre de mâles ne veulent qu’une chose : disposer de mon corps. Mon teint pâle bien que légèrement hâlé, ma taille fine et mes hanches étroites me font paraître bien plus jeune que je ne le suis en réalité.

Ma beauté efface tout lors de mon passage. Un corps musclé par des années d’entraînement, une poitrine ronde et ferme et des fesses accentuées juste ce qu’il faut par la cambrure de mes reins. Je n’ignore pas les regards de certaines de mes guerrières à mon passage, ni même ceux des mâles. Tout chez moi respire la sensualité. Ajoutez à cela ma longue chevelure rarement disciplinée, une bouche aux lèvres fines et un regard d’un bleu presque translucide et vous disposez d’une vision de moi assez précise. Mais inutile de rêve, nul ne m’a jamais approché suffisamment pour pouvoir jouir de mon corps.

Mes tenues varient en fonction du rôle que je tiens et devant qui je me trouve. Tour à tour guerrière, reine, dirigeante, parfois simple marchande, je suis un véritable caméléon. Les matières nobles ont ma préférence quand il s’agit de me parer, sinon je me déplace le plus souvent vêtue de peau et de cuir.

 

 

 Caractère


J’ordonne, on exécute ! Cela vous suffit ? Je me doute bien que non. Têtue, arrogante, vindicative aussi, autant de qualités vitales à l’exercice de mon pouvoir. Sadique et perverse, j’apprécie passer du temps là où sont dressés les esclaves, voir les dresser moi-même. Leurs cris m’apaisent, m’excitent aussi d’une certaine façon. Choqués ? Il va falloir songer à vous faire soigner alors. Ce ne sont que de vulgaires marchandises qui, bien monnayées, permettre d’assurer la pérennité de mon peuple.

Instruite, j’ai été élevée dans un seul et unique but, prendre la place qui me revient de droit. Malheur à quiconque oserait tenter quoi que ce soit pour me destituer. Je n’éprouve de la compassion pour personne. Les plus faibles ne servent à rien, je m’en débarrasse. Habile stratège, je suis parvenue à imposer ma présence à cette maudite Guilde d’Orient sans que personne ne sache à quoi je ressemble réellement. L’apparence est douce, le caractère est en acier trempé.

Une main de fer dans un gant de velours, il paraît que c’est l’adage utilisé. Parfait, je prends, il me convient à la perfection. Je n’ai besoin de personne, je suis de nature solitaire. Autant par envie que par obligation de protéger mon identité. Je ne crains rien, ni personne ! La peur n’a pas fait partie de mon apprentissage, ce qui fait qu’il m’arrive parfois de me retrouver dans des situations délicates à gérer. Qu’importe, je suis capable de me défendre et de m’en sortir seule.

Les émotions, les sentiments, je connais. Je ne m’en embarrasse pas pour autant. Ils ont tendance à altérer mon jugement. Ce qui fait dire à mon peuple que je suis une dirigeante dépourvue d’humanité.

 

 

 Histoire


Je suis née à Orient voilà maintenant 28 ans. De part ma naissance, j'ai toujours été destinée à prendre la tête de la faction des Prêtresses. Descendante de Gaia, première d’entre nous toutes à avoir gagné sa liberté, je n’ai pas choisi ma vie, ni mon rang. Il m’a été imposé le jour même de ma venue au monde. Je n'ai que peu connu ma mère. Mes premières années se sont déroulées en compagnie d’une nourrice à Orient afin que j'apprenne comment gouverner quand mon tour serait venu. J’y suis restée jusqu’à mon dixième anniversaire, dans un anonymat le plus complet. L’enseignement que je reçus durant cette période fut varié, allant du simple fait de savoir tenir une demeure, tâche normalement dédiée aux esclaves, aux prémices de l’art de la diplomatie et du commandement.

Allyah est le prénom que ma mère m’a donné à la naissance, Kementari est celui que j’ai choisi pour préserver mon identité.

Mon dixième anniversaire vit mon départ de la capitale pour rejoindre l’une des îles du Sud. Comble de malchance, c’est en bateau qu’il me fallut faire la traversée. Dire que je n’ai pas le pied marin est un euphémisme. Je ne gagnais pas Mulieres, siège de ma faction, mais une île secondaire située à son opposé. Je découvrais un univers dont je connaissais l’existence sans jamais avoir réussi à l’imaginer. Mon entraînement commença le jour même de mon arrivée et rapidement, je montrais des capacités peu communes au combat. En moins de deux ans, je devenais la meilleure combattante de ma section, dotée d’une autorité naturelle. J’apprenais l’art de la guerre et de la stratégie, bien loin de mes futures responsabilités.

Bien que la Guilde d’Orient soit garante de la paix, savoir se battre et se défendre est vital pour toute prêtresse. Notre faction est la plus récente et, il se dit, dans les coulisses du pouvoir, que certains apprécieraient pouvoir revenir aux deux factions originelles uniquement.

Ma vie était rythmée par les entraînements et cela me convenait. Tout changea quelques jours après mon seizième anniversaire. Une délégation, venue de Mulieres, se présenta à l'aube. De loin, je les observais discuter avec les instructrices. L’annonce de la mort de ma mère me laissa de marbre. Mais je devais quitter mon lieu de résidence depuis un peu plus de six ans pour me rendre sans délai à Mulieres. Mon éducation était cependant incomplète, ce qui ne semblait poser de souci à personne. Durant cette période d’apprentissage, je ne m’étais jamais vraiment penchée sur la façon de dresser un esclave. En même temps, il m’avait toujours été répété que cette tâche ne me serait jamais dévolue. Je n’avais pas cherché à en savoir plus de fait. Pas plus que tout ce qui concernait les plaisirs charnels d’ailleurs. Pourtant, la continuité du commandement de la faction dépend de moi, dans le sens où il me revient d’enfanter celle qui prendra ma place à ma mort.

Ce n’est qu’en arrivant à notre « capitale » que je compris que ma mère avait été assassinée par une traîtresse. Cette dernière avait été capturée et attendait son jugement. Logiquement, j’aurais du la remettre entre les mains de la justice de la Guilde d’Orient. Logiquement… Je n’en fis cependant rien. Bien au contraire même. Sur mes ordres, elle fut maintenue à l’isolement toute la période que durèrent les festivités liées à ma prise de commandement. Je voulais savoir pourquoi elle avait tué ma mère. Je n’obtins pas de réponse, hormis une qui eut le don de me mettre dans un état de transe qui, ce jour-là, dévoila toute l’ampleur de la cruauté dont je suis capable.

Malgré mon jeune âge, je n’eus pas de mal à imposer mon rang, ainsi que MA loi. Pour cause, personne n’avait osé me contredire durant toute mon enfance. Ce qui fait que je supporte assez mal le fait que l’on puisse oser s’opposer à l’une de mes décisions. En m’éloignant d’elle, ma mère avait commis l’erreur de penser que je serais élevée comme toutes les autres. Ma nourrice savait qui j’étais, elle avait agi en fonction de mon statut à venir.

Contrairement à ma mère, et afin de ne pas finir comme elle, je pris la décision de ne pas révéler mon vrai visage aux autres factions. Bien que devant siéger aux Hautes Instances de part ma position, je fis le choix d’y envoyer une autre dont la fidélité à mon encontre m’était acquise. Comment en être certaine me direz-vous ? J’ai les moyens de me faire obéir et je sais me servir de bien des moyens de pressions pour parvenir à mes fins. Ainsi, je demeurais libre d’œuvrer dans l’ombre pour le bien de toutes.

À Mulieres, je loge dans l’une des maisons les plus richement décorées. J’ai déserté la demeure familiale volontairement, tout en la conservant. Il m’arrive parfois de m’y rendre lorsque je ne veux pas être dérangée par quiconque. La maxime dit que l’on apprend de nos erreurs, j’ai appris de celles de ma mère. Ne faire confiance à personne, du moins pas entièrement, ne compter que sur moi et m’entourer des bonnes personnes. Elles sont donc un nombre restreint à réellement savoir qui je suis. Je sais bien qu’il me faudra me dévoiler un jour, mais celui-ci n’est pas encore venu. Mon anonymat me permet de voyager à ma guise entre Orient et Mulieres, ainsi que sur l’ensemble du territoire. La seule zone que j’évite soigneusement est celle au nord-est, trop proche de l’île esclavagiste des Gardiens.

Ne pas être au contact direct des autres dirigeants ne m’empêche pas d’être impliquée dans la vie politique. Loin de là même. Par contre, cela me permet d’œuvrer dans l’ombre, de nouer des alliances au demeurant interdites, mais que personne ne songerait à me reprocher. Je connais certains secrets qu’ils doivent le rester sous peine de voir les personnes concernées chuter de leur position sociale, chose dont elles n’ont absolument pas envie.

Pour l’heure, c’est un tout autre problème qui retient mon attention. Mon peuple me presse de donner descendance, chose à laquelle je me refuse. Les plaisirs de la chair me laissent totalement indifférente et je n’entends pas sacrifier à une tradition que je trouve totalement rétrograde. Je ne suis pas là pour enfanter jusqu’à avoir une fille qui prendra ma succession. SI besoin, je ferais engrosser une femelle parmi les esclaves dans le plus grand secret et la chose sera ainsi réglée. N’allez pas croire que le sexe me rebute, je n’y trouve tout simplement pas le moindre intérêt. Pourtant j’ai passé des heures à observer comment cela se déroule dans certains bordels d’Orient. Et, rien de ce que j’ai vu ne m’a incité à approfondir le sujet.

 

 
Derrière l'écran

Pseudo : Angie
Âge : la quarantaine passée
Comment avez-vous connu le forum : au détour d'un chemin
Taux de présence du le forum : tous les jours
Le mot de la fin : Nul besoin de chaînes pour se sentir esclave
 
Le feu et la glace

 ©Shaneliae | Never Utopia

 

 
Revenir en haut Aller en bas
http://plumeanchentria.forumactif.org
 
Fiche de personnage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche descriptive d’un personnage
» Mon tout premier graph
» PROPHETIE : LE MAITRE DU JEU de Jordan Weisman
» Warhammer 40K - JDR - Dark Hérésy
» [Moka] Le petit coeur brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Plume d'Anchentria :: Ad Orientalem Plagam :: PERSOS :: KEMENTARI-
Sauter vers: